M. CHANDA - B. FELLAY

 

SENESCENCE ET TRANSFORMATION

26.11.2016 - 28.02.2017

 

Martin Chanda

 

Né en Zambie, travaillant et vivant à Conthey, Martin Chanda est titulaire, entre autres, d’un master et d’un bachelor en Arts Visuels, décernés par l’ECAV de Sierre.

Il a reçu de nombreux prix, dont la Bourse d’encouragement à la création de l’Etat du Valais en 2010, bénéficié également de l’atelier Tremplin de La Ferme-Asile, soutenu par la Fondation BEA pour jeunes artistes, et a participé à des expositions autant régionales qu’internationales.

Il utilise plusieurs supports : photographie, dessin, peinture, et les fait interagir dans certains de ses travaux. Pour ses œuvres sur papier, il use de marqueurs très fins, qui lui permettent de tracer des compositions aux traits denses et arachnéens.

Ce qui n’est pas sans évoquer le biomimétisme (processus d’ingénierie s’inspirant des formes, propriétés et fonctions du vivant), thème présent dans son travail actuel dans un face à face entre nos outils technologiques à obsolescence programmée d’une part, et à monde naturel ingénieux, prolifique et durable d’autre part.

 

Bertrand Fellay

 

Se définissant davantage comme artisan que comme designer, Bertrand Fellay est un ébéniste plasticien vivant et travaillant en Valais. Il a effectué une formation auprès de l’Ecole suisse d’ingénieurs du bois, à Bienne, durant cinq ans.

Son travail oscille entre sculpture et design, créant des pièces relevant de l’ébénisterie, de l’art appliqué et de l’art plastique par un souci de la forme et du travail des matières qui peut rendre caduques nos critères et définitions entre art et mobilier.

Utilisant principalement le bois, il le mêle à d’autres matériaux (corian, métal) pour des pièces d’une simplicité trompeuse mais d’une unicité évidente. Le bois utilisé présente des imperfections (nœuds, fissures), ou a déjà servi à d’autre usages (bois de construction), ce qui le rend souvent impropre pour l’ébénisterie notamment. Ce sont autant de caractéristiques que Bertrand Fellay va travailler, façonner et magnifier, donnant ou réattribuant une forme à ce qui peut être considéré comme du bois de chute ou de récupération.

Il en résulte pour cette exposition TO B OR NOT TO B qui invite le « spectateur ou l’utilisateur à donner son propre avis sur le sujet »

 

 

Tags:

Share on Facebook
Please reload